VITAMINE C - BIENFAITS

Voici quelques pistes qui pourrait vous intéresser, classées par ordre alphabétiques :

  • Accident Vasculaire Cérébral (AVC) - Alcoolisme - Allergies - Anémie - Arthrose - Autisme
  • Calculs biliaires - Calcul rénaux - Cancer - Coagulation du sang - Cholestérol - Collagène - Constipation - Crise de goutte 
  • Défenses naturelles - Dépression - Détoxication - Douleurs
  • Hypertension
  • Insomnie
  • Intervention chirurgicale 
  • Maladies veineuses
  • Sommeil


Méga-doses pour les cas extrêmes (Mononucléose)

Mise au point : La vitamine C n'est pas stockée dans l'organisme...

Conclusion


 

Accident vasculaire cérébral
 (AVC)

Une étude japonaise indique que les personnes avec un taux sanguin élevé de vitamine C ont jusqu’à 70% moins de risque d’accident vasculaire cérébral (AVC).

Les chercheurs ont étudié 880 hommes et 1241 femmes vivant dans une région rurale du Japon.

Ils ont regardé le nombre d’AVC et la concentration plasmatique en vitamine C chez ces sujets pendant une période de 20 ans.

Le risque d’AVC était multiplié par 1,7 dans le groupe ayant la concentration la plus faible par rapport au groupe avec la concentration la plus élevée.

(American Heart Association, Stroke 2000 31 :2287-2294). source : http://www.nutranews.org

 

Alcoolisme


Les gros consommateurs d’alcool, ont une réelle carence en vitamine C : l’alcool utilise toutes ses réserves du corps; les altérations digestives et hépatiques diminuent les possibilités d’absorption, d’utilisation et de stockage. 

Il est donc capital de supplémenter à haute dose les personnes qui consomment beaucoup d’alcool… et de maintenir ce traitement bien après le retour à la sobriété.

 

Allergies


Les phénomènes allergiques sont en pleine expansion. Pourquoi ?

Il faut chercher l’explication dans les taux de plus en plus bas de vitamine C chez les individus. Nous l’avons vu, l’alimentation moderne n’est plus capable de nous apporter les dosages vitaminiques dont nous avons besoin.

Le stress grandissant contribue à nous faire perdre beaucoup de cette précieuse vitamine.

Le tabac, l’alcool, la pollution sont autant de facteurs qui contribuent à nous faire consommer beaucoup de cette vitamine précieuse.

Donc bon nombre d’individus se trouvent à des concentrations en vitamine C très proches de la carence.

Avant d’en arriver à des carences graves qui pourraient provoquer le fameux scorbut, le corps réagit par d’autres signaux. Les réactions allergiques font partie de ces signaux.

La vitamine C réduit les réactions allergiques en diminuant le taux d’histamine qui est sécrétée par le corps lors d’une réaction de type allergique.

 

Elle devrait donc être systématiquement donnée dans les cas de rhume des foins, asthme, etc… Une patiente a été considérablement amélioré de ses crises de rhume des foins en prenant (dans les périodes concernées) jusqu’à 12 grammes de vitamine C par jour (en 3 prises).

 

Anémie


La vitamine B9 (acide folique) est présente dans le foie, les champignons, et les légumes verts. L’acide folique se transforme en acide folinique avec l’aide de l’acide ascorbique. Les carences en vitamine C entraînent une mauvaise utilisation de la vitamine B9 qui devient  responsable des anémies.

 

Arthrose


La vitamine C est un élément fondamental de la synthèse du collagène, elle est inhibitrice des prostaglandines et des métallo protéases, et elle est anti-radicaux libres.

La Vitamine C associée avec la Vitamine E et du Silicium organique, et un bon équilibre acido-basique va permettre :

  1. de stopper la dégradation occasionnée par l’arthrose,
  2. d'améliorer l’état de vos tissus et cartilages sur un traitement au long cours.

Résultats visibles aux radiographies (de 15 à 30 % d’amélioration) après 2 ou 3 ans de traitement).

 

Autisme

Il n’est pas nécessaire de comprendre la biochimie de la vitamine C pour savoir qu’elle est essentielle à la fonction cérébrale. Les premiers signes d’une carence en vitamine C sont la confusion et la dépression.

La vitamine C permet d’accroître la cognition, comme on a pu le constater chez des enfants normaux et trisomiques qui ont obtenu des résultats plus élevés dans des tests d’aptitude intellectuelle. D’autres études ont montré une amélioration de l’EEG et de l’attention.

Enfin, dans une série d’études remarquables, Hoffer et Osmond ont montré l’efficacité de la vitamine C pour traiter la schizophrénie.

Il n’y a que deux études dans lesquelles on a évalué de façon spécifique l’effet de la vitamine C sur l’autisme :

  1. La première a été effectuée en 1967 afin d’évaluer les effets de quatre vitamines : B3, B5, B6 et C. Des doses d’un à trois grammes par jour seulement de vitamine C ont été utilisées (soit environ 20 mg/lb). À ces doses, la vitamine C a été largement surpassée par la vitamine B6 (18 études effectuées par la suite en ont montré les bénéfices).
  2. La seconde étude portant sur les effets de la vitamine C sur l’autisme a été menée par Dolske et coll.(1993). Au cours d’un essai en double insu contrôlé par placebo, d’une durée de 30 semaines, on a administré 7 g de vitamine C, à 18 enfants autistes (âgés de 6 à 19 ans) qui vivaient à la maison. On a alors noté une amélioration importante, au plan statistique, des résultats.

L’administration de doses plus élevées a vraiment donné de meilleurs résultats que la première étude.

La vitamine C améliore l’état des patients atteints de dépression et de psychose maniaco-dépressive. (Réf.: « Infantile Autisme »).

 

Calculs biliaires


D’après l’étude NHANES III portant sur 13000 sujets, il existe une relation directe entre le faible taux de vitamine C dans le sang et le risque de lithiase biliaire. Ce risque a spécifiquement été constaté chez la femme. (source : Quotidien du médecin, N°6684 du 10-Avr-2000).

Consommer régulièrement de la vitamine C peut prévenir la formation de calculs biliaires.

 

Calculs rénaux

La vitamine C est transformée dans le corps en acide oxalique.

Les calculs rénaux sont formés d’oxalate de calcium. C’est ainsi que des auteurs ont pu suggérer que le risque de calcul était directement lié à la quantité d’acide oxalique excrétée et donc la quantité d’acide ascorbique consommée.

Il faut savoir par exemple qu’un individu sain, qui ne consomme pas forcément de vitamine C sous forme de suppléments, produit environ 25 à 50 mg d’oxolate par jour, dont 35 à 50 % sont issus de la consommation en vitamine C en provenance de la seule alimentation.

Les chercheurs ont pu démontrer que jusqu’à 5 g/jour de vitamine C en supplémentation, le taux de production d’oxolate par le corps restait inchangé et qu’il faut administrer au moins 9 g/j pour élever ce taux.

En clair, cela veut dire que la vitamine C n’est absolument pas en cause dans la formation de calculs rénaux, lorsque la prise quotidienne est en-dessous de 9 g/jour.

Par contre, il y a des individus sujets à une hyperoxalurie qui ont dans leurs urines des taux d’oxolates de l’ordre de 500, 700 ou 1000 mg et ceci même s’ils ne consomment pas des compléments de vitamine C.

 

Il y a environ 5 % de femmes et 10 % d’hommes qui auront au moins un calcul rénal au cours de leur vie… avec ou sans vitamine C. (Source : Guide des vitamines, page 245)

 

Cancer


Le symposium qui s’est tenu à l’institut national de la santé de Washington, les 11 et 12 sept.1990, a bien montré que la vitamine C joue un rôle actif et important dans la prévention du cancer et qu’une teneur faible en vitamine C (hypovitaminose) double le risque statistique de cancer.

Par ailleurs, la vitamine C atténue les conséquences des effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie, tout en participant elle-même à la destruction des cellules malignes et en empêchant leur multiplication. (médecines nouvelles n°95 – 4è trim.99)

La vitamine C utilisée à haute dose, et en compléments d’autres thérapeutiques, va aider considérablement le travail de « réparation » de votre organisme.

 

Coagulation du sang


La vitamine C est un des éléments indispensables à la coagulation du sang. Il sera donc utile de prendre de la vitamine C dans tous les syndromes hémorragiques. Les scorbutiques présentent toujours une diminution importante des taux de coagulation.

 

Cholestérol


La vitamine C intervient également dans la conversion du cholestérol en acides biliaires. C'est la principale voie utilisée par l’organisme pour se débarrasser du cholestérol en excès.

La vitamine C joue un rôle régulateur dans le métabolisme des lipides. Une administration au long cours à doses suffisantes (entre 3 et 5g/jour) contribue à réguler les problèmes d’hypercholestérolémie et de triglycérides du sang.

 

Collagène


Sans vitamine C, notre corps est incapable de fabriquer du collagène. Le collagène est un ensemble de protéines qui forment le tissu conjonctif sur lequel se déposent les minéraux et en particulier le calcium; ce qui va former les os, les dents, les cartilages…

Lorsque vous manquez de vitamine C, votre corps fabrique moins de collagène et le collagène qu’il fabrique manque de solidité.

 

Constipation


Un « des effets indésirables » dans les premiers jour d'un traitement à forte dose de vitamine C (10 ou 15 g/jour), la diarrhée.

Cependant, la prise régulière de 3 à 4 g/jour de vitamine C peut facilement aider les personnes constipées à réguler leurs selles.

 

Crise de goutte


Il a été constaté que la prise de vitamine C à raison de 8 g/jour pendant 8 jours seulement amène une réduction de 30 % de l’acide urique sanguin. Elle peut donc être utilisée efficacement et sans arrière pensée dans la prévention et le traitement de la goutte. (médecines nouvelles n°95 – 4è tr.99)

 

Défenses naturelles


La vitamine C est très importante pour renforcer les défenses naturelles de l’organisme. Les globules blancs (leucocytes) sont les gardiens de l’immunité; ils contiennent beaucoup de vitamine C, près de 60 fois plus que le plasma sanguin.

Les réserves sont vite épuisées en cas de maladies, infections ou choc traumatique.

Différents travaux ont pu démontrer que des concentrations élevées en vitamine C permettaient une meilleure mobilisation des globules blancs et des neutrophiles leur permettant ainsi de s’attaquer beaucoup plus facilement aux bactéries.

La vitamine C est également indispensable à la synthèse d’anticorps et elle possède donc un effet antiviral à fortes doses. La vitamine C doit donc être largement utilisée dans toutes les infections, qu’elles soient dues à des bactéries, des virus, des champignons, des levures ou des parasites. (médecines nouvelles n°95 – 4è trim.99)

Le Dr. Jariwalla, de Palo Alot (Californie), a mis en évidence l’activité anti-HIV de la vitamine C, qui inhibe in vitro la réplication des différentes souches de ce virus. (médecines nouvelles n°95 – 4è trim.99)

Pourquoi la découverte de Jariwalla a-t-elle été si discrètement annoncée ?

Elle vient pourtant confirmer ce que le Dr.Cathcard avait, dès 1984, mis en évidence très clairement : "les sidéens sont très améliorés cliniquement et biologiquement par la vitamine C " .

Bien évidemment, la vitamine C sera donc très utile dans toutes ces maladies comme la grippe, le coryza, l’hépatite, la mononucléose infectieuse et l’herpès.

 

 

Dépression


La dépression, pourrait être partiellement attribuable, à une carence en vitamine C.

Si l’on supplémente rapidement en vitamine C une personne qui présente les symptômes d’un début de dépression, dans bien des cas, cette personne se rétablit très rapidement, sans être obligée de prendre (même temporairement) des antidépresseurs ou des anxiolytiques.

Dans les cas de dépression, le dosage vitamine C peut atteindre les 10 à 15 grammes/jour, en 3 ou 4 prises.

 

Détoxination


La vitamine C réduit la nocivité des métaux lourds comme le plomb, le nickel, le cadmium. (voir également CHLORELLA, une algue championne dans la détoxination des métaux lourds). La vitamine C agit très efficacement (surtout lorsqu’elle est en synergie avec la vitamine A et la vitamine E) contre les dégâts causés par les radicaux libres.

 

 

Douleurs


La vitamine C a également un pouvoir antalgique lorsqu’elle est utilisée à haut dosage de 15 à 20 grammes/jour sur quelques jours).

Il est possible dans ce contexte de l’utiliser même pour des douleurs très vives. Les douleurs importantes provoquées par les cancers des os peuvent être améliorées par de grosses consommations de vitamine C. (médecines nouvelles n°95 – 4è tr.99)

 

Hypertension


Une étude menée au Massachusetts portant sur 1370 hommes et femmes issus de différentes classes sociales a prouvé qu’il existe un lien direct entre l’apport en vitamine C par l’alimentation et le niveau de la tension artérielle. Plus le taux de vitamine C dans le sang est bas, plus la tension est élevée. Inversement, plus le taux de vitamine C est élevé, plus la tension artérielle se rapproche du niveau optimal. De plus, la vitamine C a une influence bénéfique sur le cholestérol dans le sang.

 

Insomnie

La plupart des gens pensent à tort que la vitamine C a un effet stimulant et excitant qui va les empêcher de dormir.

Si vous prenez 500 mg de vitamine C vers 16 heures alors que vous n’en avez effectivement pas consommé de la journée, il se peut bien, en effet, que votre organisme qui est en insuffisance de vitamine C, ne vous facilitera pas l’endormissement.

Par contre, si vous prenez 1g de vitamine Cl e matin, 1g à midi, puis 1g au repas du soir et enfin 1g au coucher, vous allez dormir d’un sommeil profond et réparateur. Faites l’expérience pendant une semaine, et vous constaterez une très nette amélioration de votre sommeil.

Pour les personnes qui souffrent d’insomnies depuis longtemps et qui utilisent des somnifères, il est même possible de les « sevrer » des somnifères en augmentant considérablement la prise de vitamine C le soir : 1g matin + 1g le midi + 3g avant le repas du soir et 3g avant le coucher.

En France, presque 1 Français sur 2 est insomniaque...

 

Interventions chirurgicales


Lors d’une intervention chirurgicale, le taux de vitamine C tissulaire s’effondre. Ceci est très certainement dû à l’action conjuguée des différentes drogues utilisées pendant l’anesthésie, ainsi que le stress, la douleur et les médicaments post-opératoires (médecines nouvelles n°95 – 4è tr.99).

Comme la vitamine C intervient dans le métabolisme du collagène, et par conséquent dans le processus de cicatrisation, il semble important de supplémenter les futurs opérés en vitamine C, à raison de 3 à 5 g/jour.

 

Maladies veineuses


La vitamine C en association avec des bioflavonoïdes (hespéridine, rutine) est efficace dans le traitement des varices, des ulcères variqueux et des hémorroïdes.

 

Sommeil (La vitamine C empêche t’elle de dormir ?)

Contrairement à une idée faussement répandue, la vitamine C ne pose pas de problème de sommeil. Elle peut même favoriser le sommeil:

La vitamine C n’empêche pas de dormir si vous en prenez en quantité suffisante.

A faible dose, la vitamine C peut avoir un effet de stimulation mais au-dessus de 4 g, la vitamine C pourra vous aider à dormir.

Il faut utiliser une vitamine C naturelle à action prolongée et bannir définitivement la vitamine C chimique. Certains fabricants ajoutent de la caféine, ill est donc évident que dans ce cas la vitamine C puisse vous empêcher de dormir.

Certains médicaments font baisser le taux de vitamine C dans l’organisme
; La prise régulière de contraceptifs oraux, d’aspirine ou d’anti-inflammatoires peut faire diminuer le taux sanguin de vitamine C.

La prise de suppléments peut alors s’avérer vraiment nécessaire.

(Source : http://www.passeportsante.net)

 

Tabac


Bien que pour le fumeur il n’y ait pas d’altération de la capacité d’absorption de la vitamine C, il n’en reste pas moins que le corps d’un fumeur consomme bien plus de vitamine C qu’un non fumeur. Ses réserves s’épuisent donc très vites.

La supplémentation doit donc être d’au moins 4 g/jour ce qui permettra de compenser les pertes et de reconstituer les réserves.

Il faut savoir que la vitamine C agit aussi dans la neutralisation du benzopyrène et des nitrosamines cancérigènes de la fumée de cigarette.

 

Ulcères de l'estomac & Helicobacter pylori


La vitamine C combattrait efficacement la bactérie que l’on croit responsable de la plupart des ulcères d’estomac.

Des études sur des animaux avaient déjà démontré qu’elle pouvait ralentir la croissance de cette bactérie.

Des chercheurs américains ont mesuré le taux d’acide ascorbique (vitamine C) dans l’organisme de 6 746 sujets et ont découvert que, chez les participants de race blanche, des taux élevés étaient associés à une présence réduite de la bactérie Helicobacter pylori. Le lien était plus faible chez les autres ethnies, sans que les chercheurs ne comprennent vraiment pourquoi.

Ainsi, les sujets blancs présentant les niveaux les plus élevés de vitamine C étaient 25 % moins à risques d’avoir été infectés par la bactérie. De plus, lorsqu’ils ont étudié une souche particulièrement virulente de la bactérie, les chercheurs ont découvert que chaque augmentation de 50 mg de vitamine C par décilitre réduisait le risque d’infection de 69 %.

Une infection chronique à la Helicobacter pylori est un facteur de risque important pour les ulcères gastriques ainsi que pour le cancer de l’estomac.

Les agences gouvernementales de santé recommandent aux femmes adultes de consommer 75 mg de vitamine C chaque jour, et aux hommes d’en consommer 90 mg. Une orange de taille moyenne en contient environ 60 mg.

Source : HealthDay et drkoop.com; 1er août 2003 (http://www.passeportsante.net)

 

Système nerveux


Une baisse de l’attention et des difficultés de concentration sont en rapport avec une baisse de production de la noradrénaline, souvent en rapport avec un manque de vitamine C.

Les glandes surrénales sont sollicitées dès que notre organisme est sous stress… et le contenu en vitamine C des glandes surrénales chute considérablement sous l’effet du stress.

 

Méga-doses pour les cas extrêmes !

Selon le Dr. Cathcart et d’autres experts, la prise de plus fortes doses de vitamine C, lorsque vous êtes malade, abrégera de façon marquée la durée de votre maladie. C’est également le point de vue du Dr. Alain Scohy.

Durant une épidémie de mononucléose, des patients de Cathcart, qui étaient atteints de la maladie, se sont remis à fonctionner normalement quelques jours seulement après avoir commencé à recevoir quotidiennement, par voie orale et intraveineuse, 200 grammes de vitamine C. Les patients d’autres médecins de la même communauté ont cependant été hospitalisés pendant plusieurs semaines.

Dr. Cathcart : « En 1974, lorsque ma fille Helen, alors adolescente, a été hospitalisée, car elle souffrait de la maladie de Hodgskin en phase « terminale » (stade 4B), j’ai décidé de lui faire prendre 40 grammes de vitamine C par jour ».

Ses médecins étaient atterrés : « Vous allez la tuer! »

« Pas du tout », leur ai-je répliqué.

Elle a rapidement guéri et, elle est aujourd’hui, 24 ans plus tard, en excellente santé. »

 

Mise au point : La vitamine C n’est pas stockée dans l’organisme…

Certains vous dirons : « il est complètement inutile de consommer de grandes doses de vitamine C, puisqu’au delà de 60 à 80 mg, la vitamine C en surplus est éliminée dans les urines. Tout ce que vous consommez en plus, sert uniquement à « engraisser » les marchands de vitamine C. »

Des études ont démontrées, que les globules blancs continuent de « stocker » la vitamine C au-delà de la prise quotidienne de 60 mg, et au-delà de la teneur en vitamine C du plasma sanguin.

Le Docteur Feigan, un chercheur californien, a calculé qu’il fallait multiplier par 10 les apports en vitamine C pour que le taux plasmatique soit multiplié par 2.

Pour que le plasma sanguin soit à saturation, il faut atteindre une concentration de 10 à 12 mg/litre, ce qui correspond à une prise journalière de 100 à 150 mg de vitamine C.

Lorsque cette saturation plasmatique est atteinte, le corps rejette plus de 60 % de la vitamine C excédentaire.

Autrement dit, plus vous manquez de vitamine C et plus vous la retenez.

Dès que le plasma sanguin atteint la concentration de 10/12 mg/litre, alors 60 % de la vitamine C absorbée est éliminée par les urines… ce qui veut dire encore que 40 % reste dans le corps… et si elle n’est plus absorbée par le plasma sanguin, puisqu’il est à saturation, ce sont les autres tissus qui renforcent leur réserve (globules blancs principalement).

 

 CONCLUSION

 

Pourquoi la vitamine C n’est-elle pas plus souvent indiquée sur le plan thérapeutique ?

 

Voici des pistes :

 

Dr. Pierre CORSON : Ces traitements par molécules naturelles non toxiques, sont simples et efficaces. Ils sont encore trop peu connus en France, où le corps médical reste sous l’influence de l’industrie pharmaceutique. »

(Dr.Pierre Corson – Médecines Nouvelles n° 95 – 4è trimestre 1999).

 

Linus PAULING, Prix Nobel de Chimie en 1954 : « Ne laissez jamais les autorités médicales ou les politiciens vous tromper. Constatez les faits et décidez vous-mêmes comment vivre une vie heureuse et comment édifier un monde meilleur. »

Linus Pauling a consacré 40 ans de sa vie à la Vitamine C !!! Voir la page qui lui est dédiée.

 

En un mot : Constatez vous-même les bienfaits de la Vitamine C, en toute sécurité !!!

 

 

Liens sur le site des Pages sur la Vitamine C : Histoire - Besoins - Alimentation - Compléments - Bienfaits - Libération Prolongée - Publications d'études scientifiques